Compétence Respect Intégrité
Suivez-nous LinkedIn Twitter Facebook Instagram YouTube Blogger Blogger
Nos contenus plus accessibles

Nous voulons que vous accédiez plus facilement et dans un seul site à l’information sur le DPCP, la justice criminelle et pénale et le soutien aux victimes et aux témoins. C’est pourquoi nous transférons progressivement les contenus de notre site Web vers le site Québec.ca. Vous serez redirigés vers ce site en cliquant sur les pages déjà intégrées à Québec.ca.

ACTUALITÉS

Accueil > Archives actualités > Journées d’action contre la violence faite aux femmes

25 novembre 2021

Visuel promotionnel des Journées d’action contre la violence faite aux femmes

 

Journées d’action contre la violence faite aux femmes


Chaque année entre le 25 novembre et le 6 décembre, le Québec souligne les Journées d’action contre la violence faite aux femmes.

Ces 12 jours s’articulent autour de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (25 novembre) et de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes (6 décembre). Souvenons-nous que le 6 décembre 1989, 14 étudiantes de l’École polytechnique de Montréal ont été assassinées parce qu’elles étaient des femmes.

Les Journées d’action représentent un moment privilégié dans l’année pour réaffirmer collectivement le caractère inacceptable de la violence fondée sur le sexe et pour réfléchir aux façons de la contrer.

Au Québec, les femmes demeurent les principales victimes de violence conjugale et de violences sexuelles. Pour en savoir plus, consultez le feuillet d’information du Secrétariat à la condition féminine.

Rappelons qu’au DPCP, il existe une ligne téléphonique (1 877 547-3727) visant à renseigner les personnes victimes de violences sexuelles qui envisagent de déposer une plainte auprès des policiers, et ce, de manière complètement confidentielle.

Pour plus d’information au sujet des Journées d’action contre la violence faite aux femmes, consultez le site Web du Secrétariat à la condition féminine.




© Directeur des poursuites criminelles et pénales